Avons-nous droit à la paix intérieure ?

Dans un monde en souffrance et en guerre

Au-delà d’une simple démarche individuelle, la recherche de la paix intérieure nous permet d’aider les autres. D’où vient-elle ? Du Père. Comment y accéder ? Par la prière.

Une âme parmi les loups

Etincelle divine, notre âme ne peut vivre que d’amour. C’est sa seule nourriture. Or elle est lancée dans un monde de loups où la paix ne règne pas. Déjà, dans l’ambiance familiale du petit enfant, elle va connaître les premiers heurts. L’âme est confrontée au non-amour. La souffrance apparaît qui va l’empêcher d’agir. Manifestation du non-amour, la peur s’installe, alimentée ensuite par l’angoisse, le stress.

La paix des hommes et la paix du Christ

Pour bien comprendre le sens de la paix intérieure, il faut toujours aller vers le Christ. La paix qu’il nous donne, dont il veut nous parler, il l’enseigne pendant des années à ses apôtres. La paix des hommes est faite sur des papiers. Elle est donc transmise par des écrits, par des mises en ordre entre des chefs de gouvernements, entre des responsables militaires. Cette paix n’est jamais durable, d’ailleurs on l’enfreint toujours puisque les guerres recommencent là où on avait signé la paix.

Quelle est donc la différence entre cette paix dont nous parle le Christ et l’autre ? Pourquoi est-elle si importante pour l’homme ? Elle est tout simplement notre propre vie intérieure. Nous sommes à l’image de Dieu. Notre âme, étincelle divine, est l’image parfaite de Dieu le Père, puisque nous sommes issus de lui-même, donc ses enfants.

Yvonne Trubert

A l’âge adulte, entouré par des agressivités de toutes sortes, ne sachant plus entendre notre âme, nous allons répondre à notre tour par l’agressivité. Ceux qui ne pensent pas comme nous deviennent nos ennemis. L’âme se trouve de plus en plus enfermée dans notre corps. Jour après jours, nous apprenons par les médias les grandes souffrances du monde, les guerres et les catastrophes. Nous sommes inquiets. Alors nous voulons la paix. Mais nous sommes désormais incapables de la trouver, ne serait-ce que pour nous-mêmes.

La prière nous reconnecte avec notre âme

Qui va pouvoir redonner à cette âme prisonnière, emmurée, fragmentée, ce message d’amour dont elle a besoin pour vivre ? C’est la prière. Si la musique fait vibrer notre tympan, la prière fait vibrer notre âme. C’est le langage avec Dieu. Le Christ vient nous dire de prier pour les âmes que nous connaissons, pour celles de nos amis, pour celles de ceux que nous aimons, mais surtout pour celles de nos ennemis, ceux qui sont contre nous. La paix intérieure ne peut venir que si nous réalisons l’immensité de l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous. La prière est une ouverture de l’âme, elle est de l’amour à l’état pur.

Aimer sans souffrir pour l’autre

La paix intérieure réapparaît lorsque notre âme est redevenue ce qu’elle était. Alors, elle n’est plus affectée par les actions des autres, ni par la veulerie, ni par l’agressivité, ni par l’hypocrisie. Elle est là, présente en nous, sereine : nous lui avons donné la nourriture dont elle avait besoin. Ce n’est pas qu’elle ne soit pas troublée par la souffrance des autres. On peut pleurer devant leur détresse. Mais l’âme n’est que troublée. Elle laisse couler ces perles que sont nos larmes comme pour dire : « Ca y est, tu es en communion avec les autres. » Cette communion, c’est accéder à l’âme de l’autre qui souffre sans que nous souffrions pour lui.

La paix équivaut au don

Les centaines de morts, les familles en deuil, toutes ces bagarres partout, toutes ces souffrances existent. Comment demeurer indifférent ? Pour rester en paix devant elles, il convient d’être dans un état d’amour tel que nous pouvons toujours en donner. La paix équivaut au don. Tant que nous sommes en paix, nous pouvons donner. Le don c’est le partage. Le partage, c’est la prière, écouter l’autre, consoler, être toujours là au moment où il a besoin de nous.

La paix, c’est l’acceptation dans l’humilité de tout ce qui nous est envoyé pour nous construire, afin que nous aimions totalement tous les autres dans cette sérénité que nous demande le Christ.